La fluoration: ne soyez pas effrayés par ceux qui disent que c'est un poison

 

Bob Sprague

Mary Bernhardt

Stephen Barrett, M.D.

 

Le fluor est un des minéraux qui est contenu dans la plupart des sources d'eau potable. La fluoration est faite pour ajuster la concentration naturelle du fluor à environ une partie pour un million de parties d'eau. Malgré que la fluoration soit sûre et efficace dans la prévention de carie dentaire, les tactiques utilisées par des gens mal-informés qui effraient la population en disant que le fluor est un poison a fait que plusieurs communautés sont privées de ses avantages.

L'historique de la fluoration aux Etats-Unis souligne sa place comme mesure d'hygiène publique copiée d'un phénomène naturel. Au début des années 1990, le docteur Frederick S. McKay a commencé une recherche qui a duré près de 30 ans sur la cause de la carie dentaire qui était prévalente au Colorado, où il pratiquait comme dentiste. Dans son investigation, McKay a trouvé que la condition existait aussi dans d'autres états, dont le Texas, où on l'appelait "les dents de Texas." En 1928, il a conclut que de telles dents, malgré tachées, montraient une "absence particulière de carie," et que la couleur ainsi que la résistance à la carie étaient dues à quelque chose dans l'eau. En 1931, ce "quelque chose" à été identifié comme étant le fluor.

Le Public Health Service a alors entrepris de déterminer précisément quelle concentration de fluor dans l'eau préviendrait la carie sans tacher les dents. Des années "d'épidémiologie spéciale" par Dr. H. Trendley Dean, suite à l'étude de 7,000 enfants qui buvaient de l'eau traitée au fluor dans 21 villes de quatre états, ont démontré en 1943, que la concentration idéale de fluor était une partie dans un million de parties d'eau. Cette concentration s'est avérée efficace, se traduisant par des dents saines, et seulement un tiers ayant des caries que l'on pouvait s'attendre à avoir autrement -- et non tachées.

L'étape suivante était de déterminer si les ingénieurs pouvaient copier ce bénéfice dentaire impressionnant naturel. A plusieurs sites d'essai, la concentration de fluor de l'eau publique a été ajusté à une partie par million.

Un de ces essais a été fait dans les villes avoisinantes de Newburgh et Kingston, N.Y. Au préalable, les enfants dans les deux villes étaient examinés par les dentistes et médecins; par la suite le fluor a été ajouté la l'eau de Newburgh. Après 10 ans, les enfant de Newburgh avaient 58% moins de caries dentaires que ceux de Kingston où l'eau n'avait pas été traitée au fluor. Les bénéfices les plus marqués étaient observés chez les enfants qui buvaient l'eau fluorée depuis la naissance. D'autres études ont démontré que les dents devenues plus fortes avec le fluor durant l'enfance demeureraient résistants à la carie de façon permanente. Comme l'évidence appuyant le traitement au fluor augmentait, des milliers de communautés ont agit pour profiter de ses avantages.

Trop de fluor peut causer la fluorose dentaire, qui, dans sa forme la plus légère, cause des petites zones blanches, quasi-invisibles, sur les dents. Dans la forme sévère, la fluorose va causer des taches brunâtres. Cependant, la fluorose n'est pas causée par la fluoration de l'eau de façon artificielle, parce que les taux sont gardés assez bas pour éviter cela.

Des données récentes ont démontré que la fluoration a réduit l'incidence des caries dentaires de 20% à 40% chez les enfants et de 15% à 35% chez les adultes. La réduction est moins qu'elle était, probablement due à l'hygiène dentaire améliorée et l'emploi de dentifrice contenant du fluor. En ce moment, plus de 135 millions d'américains résident dans des communautés fluorées. Mais 80 million d'autres consomment de l'eau qui n'a pas été traitée au fluor -- grâce aux efforts des promoteurs de fausses déclarations sur le fluor.

Comment les promoteurs de la notion que le fluor est un poison répandent leurs idées

La technique de base des "anti-fluor"-istes ("antis") est le grand mensonge. Pratiqué par Hitler, il est facile à utiliser, cependant très efficace. Il consiste à déclarer que la fluoration cause le cancer, la maladie cardiaque ou rénale, et d'autres maladies sérieuses dont la population a peur. Le fait qu'il n'y a pas d'évidence qui appuient des déclarations de ce genre importe peu. Le truc c'est des répéter --parce que si on persiste à dire quelque chose assez souvent, les gens ont tendence à penser que ça pourrait être vrai.

Une variation du grand mensonge est la longue liste. Si on énumère assez de "mauvaises choses," et même si les adeptes ont des réponses pour certaines d'elles, ils ne pourront pas couvrir la liste complète. Cette technique est très efficace dans les débats, les lettres aux éditeurs, et dans les reportages à la télévision. Une autre variation est le commentaire simple que lla fluoration n'est pas efficace. Malgré que des études récentes montrent moins de différence qu'il y avait dans les taux de carie entre les communautes fluorées et celles non fluorées, le bénéfice demeure encore considérable. En effet, le Public Health Service estime que chaque dollar dépensé pour la fluoration communautaire va sauver cinquante dollars de frais de dentiste.

Un facteur clé dans toute campagne anti est le matériel imprimé. A cause de cela, les antis sont très heureux de voir leur idées imprimées. Les revues scientifiques vont rarement les publier, mais les journeaux locaux aiment faire paraître les opinions minoritaires qu'il soient appuyées par des faits ou non. Quelques éditeurs invitent la controverse générée par les antis -- espérant que ceci va apporter plus de lecteurs.

Le but des "documents" antis est de créer l'illusion de controverse scientifique. Souvent ils citent des commentaires qui sont périmés ou hors de context. Les références de revues obscures ou difficiles à localiser sont souvent utilisées. Une autre tactique favorite est de citer faussement un scientifique en faveur de la fluoration, sachant que même si le scientifique s'objectait, la réponse n'atteindra pas ceux qui ont lu l'erreur originale.

Les demi-vérités sont communément utilisées. Par exemple, dire que le fluor est un poison de rat ignore le fait que le poison est une question de dose. Des grandes quantités de plusieurs substances -- même de l'eau pure -- peut empoisonner. Mais une trace de fluor contenu dans l'eau fluorée ne causera aucun danger à personne.

Les "experts" sont souvent cités. Il est possible de trouver quelqu'un avec des références scientifiques qui est contre à peu près n'importe quoi. La plupart des "experts" qui se prononcent contre la fluoration, toutefois, ne sont pas des experts sur le sujet. Il y a, évidemment, quelques dentistes et médecins qui s'y opposent. Certains s'y objectent comme une directive gouvernementale, sachant très bien qu'il est sûr et efficace.

Le sous-entendu est une technique qui est populaire parce qu'il peut être utilisé dans un contexte qui parait non-émotif. Quelques antis admettent que l'eau fluorée a été démontrée comme sûre et efficace "à date," mais maintiennent que ses effets à long terme n'ont pas "encore" été précisés. Le jeu d'attente est un truc relié durant lequel les antis suggèrent qu'attendre un peu plus longtemps va aider à résoudre le "doute" au sujet de la sécurité de la fluoration. Il n'y aucun doute que les antis vont utiliser cette technique pour des années à venir.

Quelques "antis" auraient offert un "récompense" si l'on pouvait prouver que la fluoration est sûre. Durant les années '70s, Une somme de 100 000 $ a été offerte aux professionnels de façon détournée comme garantie "pour défrayer les frais encourus si l'on réussissait à démontrer que les preuves soient invalides." On ne précisait pas la personne qui aurait été nommée juge, mais il était sûr de présumer que les 'antis' eux-mêmes auraient nommé les juges. Si une poursuite aurait été faite pour collecter le "cadeau", la cour aurait pu ordonner que l'offre était une pari qui aurait du être imposé par la cour. Une telle poursuite aurait nécessité au moins 25 000$ pour les frais légaux. Même si le "cadeau" aurait été gagné, toutefois, il n'y a aucune assurance que l'argent aurait été obtenu des individus qui ont subventionné le cadeau. La plupart d'eux étaient âgés et répendus à travers les États-Unis et le Canada.

Puisque la communauté scientifique est tellement solidement en faveur de la fluoration, les antis essaient de la discréditer totalement par le biais d'idée de complot. La beauté de l'accusation de complot est qu'elle peut être visée sur n'importe qui et qu'il n'y a pas de moyen de la prouver fausse. Après tout, comment peut-on prouver que quelque chose ne se passe pas en cachète? Des "conspirateurs" favorits sont le U.S. Public Health Service, l'American Dental Association, l'American Medical Association, et l'industrie de l'aluminum. Apparemment, pour les 'antis', ces groupes peuvent très bien travailler ensembles pour "empoisonner" le peuple américain! Il y a longtemps, des déclarations de conspiration seraient efficaces surtout avec les paranoïaques. Mais les scandales gouvernementaux aujourd'hui peuvent les faire paraître réalistes pour un plus grand auditoire. "Cela est seulement le début!" est une manoeuvre reliée. "Au début, ils ajoutent du fluor, après ça les pilules de vitamines, et la prochaine chose va être la pilule anti-conceptionnelle!" Qui sont les "ils" n'est pas obligé d'être spécifié.

Des mots effrayants vont ajouter de l'élan à toute campagne des antis. Pas seulement les plus évidents comme "cancer" et "maladie cardiaque," mais aussi des mots plus spécialisés comme "naissances mongoloïdes" et "anémie à hématies falciformes." Des mots écologiques sont aussi utiles. Appeler le fluor un "produit chimique," (plutôt qu'un nutritif) peut causer de la peur chez beaucoup d'américains qui ont peur qu'on soit déjà trop envahis par la "chimie." Le fait que l'eau elle-même est un produit chimique et le fait que l'utilisation responsable des produits chimiques est très utile pour notre société ne réassurera pas tout le monde. Le fluor est aussi appelé "artificiel" et un "polluant," qui est "contre la nature." Face au fait que le traitement au fluor est simplement une copie d'un phénomène naturel, les antis répondent que le fluor "naturel" est différent du fluor "artificiel" -- un "fait" à date non découvert par les scientifiques.

Suggérant des alternatifs un une tactique usuelle. Dans ce cas, les antis proposent que la communauté distribut gratuitement des comprimés de fluor aux parents qui veulent les donner à leurs enfants. Le programme suggéré parait "démocratique," mais il ne sera pas efficace du point de vue d'hygiène publique. La plupart des parents ne sont pas motivés d'administrer les plus de 4000 doses nécessaires de la naissance à l'âge de douze ans. L'appel pour des alternatifs est souvent fait par un individu "neutre" qui donne l'impression qu'il va appuyer un programme alternatif si la fluoration est défaite. Ne gagez pas sur cela. Une telle cause est presque toujours un truc de propagande.

Une fois que la fluoration est commencé dans une communauté, les antis utilisent une manoeuvre de "la cause des tous les probèmes" -- attaquant le traitement au fluor comme cause de tout ce qui arrive depuis le début du traitement. Un exemple de cette tactique, qui a mal tourné pour les antis, est survenu à Cleveland le 1er juin, 1956 -- quand le fluor devait être ajouté à l'eau de la ville. Cette journée-là, les appels téléphoniques ont commencé: "Mes poissons dorés sont morts." "Mes violettes africaines sont fanées." "Je ne peux plus faire un bon café." "Mon chien est constipé." Malgré que la base de plaintes de ce genre est émotionnelle plutôt que physique, cette fois-là le traitement au fluor n'était pas en cause, puisque des problèmes de dernière heure ont fait retarder le traitement au 1er juillet!

"Laissez la population décider"

L'argument le plus persuasif des antis, pour les législateurs comme pour la population, c'est de demander un vote public. En surface, cela semble être une façon démocratique de résoudre un problème. Mais les antis jouent avec un jeu de cartes truqué. En premier, ceux qui veulent que l'eau soit fluoré le plus -- les enfants -- ne peuvent pas voter. Deuxièmement, il n'est pas difficile de confondre les voteurs en répendant de la propagande angoissante. Les citoyens en majorité n'ont pas les ressources ou connaissances pour pouvoir évaluer les déclarations faites ou juger quelles "autorités" croire. Aller contre la fluoration, ils ne sont pas obligés d'accepter tous les arguments -- un suffit. La simple existance de la controverse est suffisante pour semer le doute chez la plupart des voteurs.

Les antis qui disent, "Laissez la population décider," se comportent comme des gens qui veulent utiliser un processus démocratique pour arriver à une décision, mais l'expérience dans bien des villes a démontré le contraire. Si le traitement au fluor gagne le référendum, la réaction typique des antis est de faire à ce qu'il y en un autre aussitôt que possible. Dans certaines communautés qui permettent des référendums répétés sur le même sujet, le traitement au fluor a été fait et cessé, et refait et cessé à nouveau. Quand cela arrive, non seulement les enfants en souffrent, mais les citoyens doivent assumer les coûts de ces référendums.

De façon curieuse, des études ont démontré que les référendums peuvent perdre même dans les communautés où l'opinion publique est en faveur de la fluoration. Les gens vont habituellement voter contre ce qu'ils n'aiment pas. Alors le point crucial dans bien des référendums est l'habilité des partisans de mobiliser ceux qui vont les appuyer. Un poll Gallup de 1998 commissionné par l'American Dental Association aurait trouvé que lorsque demandé "est-ce que vous croyé que l'eau de la communauté devrait être fluorée?" 70% des répondants croyaient que l'eau de la communauté devrait être fluorée, 18% ne le croyaient pas, et 12% étaient indécis. Pourtant des petits nombres de critiques à voix haute s'arrangent pour empêcher son implantation dans plusieurs communautés.

Les peurs du cancer

Au milieu des années 1970, deux antis dont John Yiamouyiannis, Ph. D. ont émis plusieurs rapports déclarant que le fluor cause le cancer. Les experts ont conclut que ces rapports étaient basés sur un mauvaise interprétation de statistiques gouvernementales. Ils avaient comparé les taux de décès par le cancer dans des villes où l'eau était fluorée et des villes où l'eau n'était pas traitée au fluor, mais ils ont oublié de considérer plusieurs facteurs dans chaque ville (comme la pollution des industries) connue comme pouvant augmenter les taux de décès. Vers 1977, des investigations indépendentes par huit des organismes médicaux et scientifiques les plus connus dans le monde de langue anglaise avaient refuté les déclarations, mais les mêmes statistiques remontent à la surface aujourd'hui quand la fluoration est considérée.

En 1990, l'accusation de cancer a été soulevé de nouveau suite à un rapport non autorisé de données d'une expérience dans laquelle des rats et souris étaient exposés à des doses élevées de fluor. L'expérience a été mené par le National Toxicology Program, une filiale de National Institute of Environmental Health Sciences. Le rapport final de l'agence notait qu'il n'y avait pas d'évidence d'activité cancéreuse chez les rats femelles ou chez les souris femelles et mâles et seulement de "l'évidence équivoque" chez les rats mâles. Une revue subséquente par un panel du U.S. Public Health Service a conclut que les données étaient non significatives et que la fluoration ne posait aucun risque de cancer ou d'autres maladies.

Ne vous laissez pas induire en erreur

Comme mesure d'hygiène publique, la fluoration est étrange de bien des façons. Elle est une copie d'un phénomène naturel. Elle est appuyée par des bibliothèques pleines d'articles qui documentent sa sécurité et son efficacité -- plus que toute autre mesure d'hygiène publique. Il a le support d'une variété de groupes de santé, scientifiques, et civiques qui ne pourraient pas s'entendre autant sur tout autre sujet. Mais ce qui le plus significatif, c'est la seule mesure d'hygiène qui est souvent mise au vote public. Si vous demeurez dans une communauté avec eau fluorée, considérez-vous chanceux. Si vous vivez dans une ville qui n'a pas l'eau fluorée, ne vous laissez pas avoir par des gens qui vous font peur avec des déclarations fausses. La fluoration est encore un miracle moderne de santé.

Pour renseignements additionnels

_______________________

Cet article est tiré du livre The Health Robbers: A Close Look at Quackery in America. En 1993, lors de la publication du livre, Bob Sprague était assistant professeur de journalisme au Emerson College de Boston. Mary Bernhardt, une journaliste indépendante qui est spécialisée dans des sujets de chirurgie dentaire, était administrice du Research and Education Foudation of the American Association of Endodontists. De 1968 à 1976, elle était secrétaire de l'American Dental Association Council on Dental Health. Le docteur Barrett à fait la mise à jour de certaines sections de cet article.

Cet article a été revisé le 4 mars, 2001. Mise à jour de la traduction faite le 16 janv. 2010

Retour à la page d'accueil