Appareils "électro-diagnostiques" des charlatans

 

Stephen Barrett, M.D.

__________________________________________________________________________

Les appareils décrits dans cet article sont utilisés pour le diagnostic de problèmes de santé qui n'existent pas, pour des traitements inappropriés et pour frauder les compagnies d'assurance. Les pratiquants qui les utilisent sont soit malhonêtes ou illusionels, ou les deux. Ces appareils devraient être confisqués et les pratiquants qui les utilisent devraient être poursuivis. Si vous voyez un tel appareil, svp le rapporter au 'state attorney general', tout comité de permis de pratique, la FDA, la FTC, la FBI, le Better Business Bureau, et à toute compagnie d'assurance à laquelle le pratiquant soumet des demandes de paiement pour des procédures dans lesquelles ces appareils ont été utilisé.

__________________________________________________________________________

Des milliers de pratiquants utilisent des appareils "électro-diagnostiques" pour aider à selectionner des remèdes qu'ils prescrivent. Ces pratiquants maintiennent qu'ils peuvent déterminer la cause de toute maladie en décelant le "désiquilibre d'énergie" qui cause le problème. Certains aussi maintiennent que les appareils peuvent détecter si quelqu'un est allergique ou hypersensible à des aliments, vitamines, et/ou d'autres substances. Certains prétendent qu'ils peuvent dire si une maladie, telle que le cancer ou se SIDA n'existe pas. Une clinique méxicaine a même prétendu qu'un tel appareil pourrait guérir le cancer [1]. La procédure, appelé Electro-acuponcture selon Voll (EAV), électrodiagnostic, dépistage électrodermique (electroderma screening ou EDS), ou diagnostic de fonctions bioélectriques (BFD), thérapie de bio-résonance (BRT),  technique régulatoire de bio-énergie, (BER), médecine biocybernétique (BM) 'computerized electordermal screening' (CEDS), tests électrodermiquse (EDT), 'limbic stress assessment' (LSA), 'meridian energy analysis' (MEA), ou 'point testing'. Les appareils EAV sont vendus par plusieurs compagnies, la plupart organisant aussi des colloques subventionnés.

Historique de l'EAV

Les premiers gadgets EAV ont été développés par Reinhold Voll, un physicen allemand qui pratiquait l'acuponcture dans les années '50 [2]. En 1958, il a combiné la théorie d'acuponcture chinoise aec les différentiels cutanés galvaniques pour produire son système EAV. Son premier modèle à transistors était le Dermatron. Quelques années plus tard, un de ses élèves (un autre physicien allemand du nom de Helmut Schimmel) a simplifié le système diagnostique de près de 850 points à 60 points, a fait des modifications à l'appareil, et éventuellement créa le premier modèle du Vegatest. Les variantes subséquentes incluent l'Accupath 1000, Asyra, Avatar, BICOM, Bio-Tron, Biomeridian, Computron, Dermatron, DiagnoMètre, Eclosion, e-Lybra 8, ELAST, Interro, Interactive Query System (IQS), I-Tronic, Kindling, LISTEN System, MORA, Matrix Physique System, Meridian Energy Analysis Device (MEAD, MSAS), Oberon, Omega Acubase, Omega Vision, Orion System, Phazx, Prognos, Prophyle, Punctos III, Syncrometer, Vantage, Vegatest, Victor-Vitalpunkt Dianose, Vitel 618, et ZYTO.

 

 

Vegatest II
Dermatron

Les partisans maintiennent que ces appareils mesurent les dérangements dans l'organisme du courant de "l'énergie électro-magnétique" le long des "méridens d'acuponcture."[3] En réalité, ils ne sont que des galvanomètres pseudo-sophistiqués qui mesurent la résistance électrique de la peau du patient lorsque touchée par une sonde. L'appareil émet un tout petit courant électrique transmis par un fil venant de l'appareil à un cylindre de laiton couvert par de la gauze humide tenu par le patient. Un deuxième fil est connecté à une sonde, que l'opérateur applique à des "points d'acuponcture" de l'autre main ou d'un pied du patient. Ceci complète un circuit de bas voltage et l'appareil enregistre la circulation du courant. Les renseignements sont alors transmis à un indicateur ou écran d'ordinateur qui donne un rapport numérique de 0 à 100 [4]. Selon la théorie de Voll, les lectures de 45 à 55 sont normales ("équilibrées"); des lectures au dessus de 55 indiquent de l'inflammation de l'organe "associée" au "méridien" évalué; et les lectures inférieures à 45 suggèrent "une stagnation et dégénération de l'organe." Toutefois, si l'humidité de la peau reste constante - comme il arrive habituellement - la seule chose qui influence le chiffre est le degré de la force utilisée pour appliquer la sonde sur la peau du patient.

Des versions récentes, comme l'Interro dont la photo parait plus bas, émettent des sons et les rapports apparaissent sur un écran d'ordinateur. Le traitement choisi dépend sur l'étendue de la pratique du pratiquant et peut inclure l'acuponcture, des changements de diète, et/ou des suppléments de vitamines, ainsi que des remèdes homéopathiques.

 
 
Apareil Interro. Une sonde est tenue par la main du patient. Comme l'autre sonde est appliquée à l'autre main du patient ou à un pied, une barre apparait sur le côté droit de l'écran de l'ordinateur (voir flèche), accompagné d'un bruit. La lecture supposément détermine le statut de différents organes de l'organisme.En 1986, j'ai subi une évaluation avec cet appareil à une clinique au Nevada. J'ai découvert que le mouvement de la barre et le volume du bruit étaient déterminés seulement par la force avec laquelle la sonde a été appliquée sur ma peau [5]. Après que les problèmes prétendus sont "diagnostiqués,"des flocons de verre contenant des solutions homéopathiques peuvent être placées dans une soufflure métalique à l'avant-plan et les tests sont répétés pour déterminer si elles sont indiquées pour corriger les "désiquilibres" prétendus.

 

Prétentions farfelues

Certains vendeurs d'EAV font des déclarations médicales directes, en soulignant la correction des "désiquilibres", et d'autres prétendent que l'appareil est utilisé pour "évaluations de stress." De plus:

La Capital University of Integrated Medicine, une école post-graduée non-accréditée qui a fermé ses portes en 2005, offrait un cours de 3 jours dans "Electro Dermal Resistance Analysis." La formation supposément fournissait "l'estimation de la santé et le traitement des désiquilibres du système immunitaire par les caractéristiques de résistance des méridians spécifiques d'acuponcture de l'organisme" et "comment localiser les racines systémiques de la faiblesse du système immunitaire et fournir la stimulation pour corriger cette faiblesse."

Phazx Systems, qui ont cessé leurs opérations après avoir un avertissement de la FDA, aurait dit aux intéressés dans leur gadget: "Vous allez pouvoir créer un nouveau centre profitable, parce que les patients vont volontairement vouloir payer pour les services, ainsi qu'acheter des vitamines et suppléments directement de vous. Souvent les analyses 'biofeedback' peuvent être facturées et remboursées par les compagnies d'assurance ou par les 'health plans', utilisant des codes CPT biofeedback."

Etudes scientifiques

Dans une étude à double insu aveugle, des chercheurs britanniques ont comparé les résultats du gadget Vegatest à ceux de tests d'allergie percutanés chez 30 volontaires, dont la moitié avaient déjà réagi positivement aux chats et aux acariens de la poussière. Chaque participant a été testé avec 6 items par chacun des trois opérateurs dans 3 sessions séparées, un total de 54 tests par participant. Les chercheurs ont conclu que le Vegatesting ne corrobore pas avec les tests percutanés et ne devrait pas être utilisé pour le diagnostic d'allergies. Les auteurs ont estimé que plus de 500 EDS gadgets étaient utilisés au Royaume Uni pour évaluer la sensibilité aux allergènes [8].

L'Australian College of Allergy a conclu que "les tests faits avec Vega n'ont aucune valeur scientifique." [9]. En 1997, un ingénieur biomédical aurait trouvé qu'en plaçant des ampoules dans le gride de l'appaeil Vega n'affectait pas les lectures du gadget [10]. Cela n'est pas surprenant parce que le l'électricité ne peut pas être transmis par le verre. 

Règlementation gouvernementale

La FDA classifie les "appareils qui utilisent les mesures de résistance pour diagostiquer et traiter des maladies variées de classe III, nécessitant l'approbation de la FDA avant leur commercialisation. En 1986, un représentant de la FDA m'a informé que le FDA Center for Devices and Radiological Health avait déterminé que le Dermatron et l'Accupath 1000 étaient des appareils de diagnostic ayant un "risque significatif." [11] Aucun gadget de ce genre peut être commercialisé aux Etats-Unis légalement pour diagnostic et traitement. Quelques compagnies auraient obtenu un permis 510(k) (non approuvé) en raportant à la FDA que leurs gadgets seraient utilisés pour 'biofeedback' ou pour évaluer la résistance cutanée, mais cela ne leur permet pas de vendre ces appareils pour d'autres buts.

Les gagdets EAV ne sont pas de appareils 'biofeedback'. Biofeedback est une technique de relaxation qui utilise un appareil électrique qui donne le pouls, la tension musculaire ou autre fonction de l'organisme par des signaux sonores ou visuels.  Dans le biofeedback, le signal origine et est influencé par le patient. Dans l'EAV, le signal est influencé par le degré de pression utilisé par l'opérateur en plaçant la sonde sur la peau du patient. (plus forte la pression, plus le courant est fort). La International Academy of Bioenergetic Practioners a enccouragé ceux qui se sont procuré le gadget de facturer les compagnies d'assurance en utilisant les codes de biofeedback [12]. Je crois, toutefois, qu'en faisant cela peut donner lieu à des poursuites de la part des compagnies pour de la fraude.

La FDA a interdit l'importation des appareils EAV aux Etats-Unis et a averti les compagnies ou a même poursuivi quelques vendeurs [13]. Les agences régulatoires de l'état ou de l'étranger aussi ont fait des démarches semblables. Toutefois, aucun effort systématique n'a été fait pour les enlever du marché. Comme résultat, les faux gadgets "électro-diagnostiques" sont utilisés par plusieurs chiropracticiens, acuponcteurs, dentistes, médecins "holistiques," vétérinaires, et "nutritionnistes" auto-spécialisés. L'emploi le plus habituel est pour la prescription de remèdes homéopathiques. Ils sont aussi utilisés pour déterminer des "allergies," déceler des "déficiences nutritionnelles," et des prétendus problèmes dentaires chez des personnes qui ont des plombages de mercure-amalgam ("d'argent").

Risques significatifs

Les appareils EAV ont plusieurs risques sérieux. La transmission d'information fausse ou trompeuse de l'état de santé peut causer des dommages émotionnels, un sens de fausse sécurité, ou un ensemble erroné de croyances qui peut mener à des décisions non raisonnables. Durant les dernières dix années, plus de 200 personnes m'ont rapporté leurs expriences avec les pratiquants d'EAV. Dans la plupart des cas, des personnes qu'il connaissent ou eux-mêmes ont gaspillé  des centaines ou des milliers de dollars pour des tests et des traitements recommandés. Dans certains cas, la personne évaluée est devenu effrayée et éventuellement a fini par être évaluée en médecine conventionnelle qui a démontré que les conditons diagnostiquées n'étaient pas présentes.

Des procédures de suivi non nécessaires peuvent aussi être un problème sérieux. Je suis au courant de plusieurs patients qui avaient des dents saines extraites suite à avoir été faussement diagnostiqués avec un appareil un EAV. Dans un autre cas, un homme a consulté un médecin au sujet d'hémorragie rectale et crampes abdominales; il a été examiné avec un appareil Dermatron qui a donné le résultat que son colon etait normal. Malheureusement, il avait le cancer du colon - qui n'a pas été diagnostiqué que six mois plus tard par un autre médecin. Deux autres personnes que je connais avaient un cancer avancé et on leur avait dit qu'ils n'avaient pas de cancer. Un d'eux qui a essayé d'êre remboursé s'est fait répondre que l'appareil utilisé a été électriquement modifié et ne pouvait pas être utilisé par personne d'autre.

Le rapport le plus étrange que j'ai reçu venait d'un patient qui, après avoir lu une version précédente de cet article, aurait téléphoné pour me décrire comment sa fille de 5 ans avait été évaluée par un pratiquant non licencié. Quand l'enfant est devenue agitée, le test a été continué en utilisant la sonde sur la main du parent pendant que le parent tenait l'enfant. Le parent a aussi noté que le pratiquant a semblé manipuler les résultats (désirant une lecture de '50' sur l'appareil) en humidifiant ou asséchant le doigt de l'enfant pendant le test pour pouvoir choisire le médicament approprié.

Autres variations des gadgets

Plusieurs autres gadgets "bioenergétiques" ont été déclarés comme utiles dans le diagnostic et/ou le traitement de problèmes de santé. Je ne suis pas certain s'ils devraient être considérées des appareils EAV ou catégorisés d'une autre façon. Le commun dénominateur est qu'ils dépendent sur la détection et/ou la manipulation d'un système d'"énergie" corporelle qui n'a aucune acceptation scientifique. Les appareils incluent le Quantum Medical Consciousness Interface (OMCI) System (aussi appelé l'EPFX ou SCIO), le Electro Interstitial Scanner (EIS).

et plusieurs Rife frequency generators.

 

Conclusion

Les appareils décrits dans cet article sont utilisés pour diagnostiquer des problèmes de santé qui n'existent pas et pour sélectionner un traitement inapproprié, et pour frauder les compagnies d'assurance. Je crois que les appareils EAV devraient être confisqués et que les pratiquants qui les utilisent sont malhonnêtes, rêveurs ou les deux. Si vous êtes exposés à tels appareils, svp rapportez-le au bureau de l'état qui licencie les pratiquants, à "l'attorney general" de l'état, à la FDA, à la FTC, au National Fraud Information Center, et toute compagnie d'assurance à laquelle le pratiquant fait ses réclamations pour usage des appareils. Pour les adresses de ces agences, cliquez ici. Svp nous envoyez copies de vos plaintes à 11312 US Highway 15-501 North, Chapel Hill, NC 27517. Vous pouvez aussi me contacter par téléphone au (919) 533-6009.

Pour d'autres informations;


Références

  1. Barrett S. BioResonance tumor therapy. Quackwatch, Nov 6, 2004.
  2. The EAV history and roots (original method). Institute for ElectroAcupuncture & ElectroDiagnostics Web site, March 8, 1999.
   3. American Association of Acupuncture and Bio-Energetic Medicine. Basic explanation of the electrodermal screening test and the concepts of bio-energetic medicine. AAABEM Web site, 1998.
   4. Voll scale. BioMeridian Web site, accessed Sept 4, 2007.
   5. Barrett S. My visit to the Nevada Clinic. Nutrition Forum 4:6-8, 1987.
   6. Brewitt B. Methods for treating disorders by administering radio frequency signals corresponding to growth factors. U.S. Patent Number 5,626,617, May 13, 1997. Patent Number 5,629,286 contains additional information. To access the full text of these documents, a special plug-in must be used to download them as images (click "Images" at the top or bottom of the page), a process that can take up to an hour.
   7. Information for e-Lybra 8. World Development Systems Web site, accessed September 4, 2007.
   8. Lewis GT and others. Is electrodermal testing as effective as skin prick tests for diagnosing allergies? A double blind, randomised block design study. British Journal of Medicine 322:131-134, 2001.
   9. Katalaris CH and others. Vega testing in the diagnosis of allergic conditions. Medical Journal of Australia 155:113-114, 1991.
10. Mosenkis R. Examination of a Vegatest device. Quackwatch, Sept 4, 2001.
11. Rollings JN. Letter to Stephen Barrett, M.D., November 28, 1986.
12. Bioenergetics - Space age technology available today. IABP Web site, archived Nov 8, 1999.
13. Barrett S. Regulatory Actions Related to EAV Devices. Quackwatch, Sept 5, 2007.
This article was revised on October 18, 2009.

Cet article a été revisé le 18 oct. 2009. Traduction mise à jour le 22 déc. 2009

 

Retour à la page d'accueil ||| Davantage sur l'homéopathie |||| Autres épreuves douteuses